Télétravail pendant votre confinement : 5 astuces d’une habituée

Vous êtes nouveau en home office ? Pas de panique, ce n’est pas si étrange que cela en a l’air. Grâce au confinement, vous allez pouvoir en découvrir certains avantages. En réalité, lorsque les enfants sont à école, que le reste des salariés sont au bureau et en libre circulation, c’est évidemment bien mieux. Mais vous allez déjà pouvoir expérimenter le fait d’être plus disponible pour vos proches, de pouvoir plus facilement équilibrer boulot et perso, et vous organiser comme bon vous semble sans personne surveillant vos moindres faits et gestes.

Si l’isolement et les distractions sont cependant un problème pour vous, voici un petit retour d’expérience qui pourrait vous aider.

1- Un emploi du temps organisé

Oui, bien sûr, il y a la tentation de trainer sous la couette ou se relaxer dans un transat au soleil. Mais freelance ou employé, nous avons tous des deadlines à honorer. Alors, allez-y, cédez à la tentation pour quelques minutes. En pleine conscience, profitez d’un de ces courts caprices égoïstes, pour ensuite aller travailler avec encore plus d’énergie, plutôt qu’avec frustration. Le télétravail est une plongée dans les racines de la philosophie hédoniste : équilibrer ses efforts en savourant les plaisirs d’aujourd’hui tout en assurant ceux de demain.

Trouvez votre routine en suivant vos meilleurs horaires de concentration (mes collègues sont quasi unanimes sur la productivité tôt le matin). Établissez une organisation type de vos journées. Par exemple :

  • 8h30-9h30: traiter ses e-mails pour créer la to-do list du jour et établir les priorités
  • 9h30-10h15 : réunion d’équipe en visio pour débriefer sur ce qui est livré, à livrer, les soucis rencontrés et trouver collectivement des solutions qui conviennent à chacun
  • 10h15-10h30 : répondre à l’appel de ce transat au soleil qui crie votre nom dans le jardin, pour la pause-café
  • 10h30-12h30 : rayer un max de points sur votre to-do list
  • 12h30 : Skype lunch avec un ami en confinement
  • etc.

Ce sont juste des exemples, mais le but est de vous montrer comment vous pouvez ajuster librement votre rythme autour d’impératifs horaires peu nombreux et atteindre vos objectifs.

2- Un espace dédié

Pour aider votre esprit à tirer une frontière claire entre pro et perso, vous devez avoir un espace dédié au travail. Villa ou tout petit studio, peu importe. Il peut s’agir d’une pièce à part, d’un bureau ou même d’un coin de table.

L’important, c’est de sentir que, quand vous êtes assis là, vous êtes au travail, et c’est là que reste votre matériel pro. Cela vous fera également gagner en temps et en motivation, plutôt que d’avoir à installer votre poste de travail chaque matin sur la table familiale après le petit-déjeuner. Et quand vous quittez cet espace, vous pouvez vous consacrer pleinement à votre vie perso en laissant le travail derrière vous.

Bureau
Pas besoin de 25m² pour appeler ça « mon bureau ».

3- Un réel travail d’équipe

Qui a dit que le télétravail était solitaire ? Avec la qualité des appels vidéo et des conversations en ligne, il ne tient qu’à vous de faire vivre l’esprit d’équipe dans votre activité. Vous venez de recevoir un e-mail étonnant et vous voulez partager votre réaction avec votre collègue de bureau ? Tout comme vous l’auriez fait par-dessus une paroi de séparation, lâchez quelques lignes dans une fenêtre de tchat laissée ouverte, afin de pouvoir interagir individuellement. Vous voulez partager une bonne nouvelle avec tout un groupe et savoir ce qui se passe dans les autres équipes ? Il y a aussi des outils pour ça. Vous voulez montrer à votre N+1 la proposition sur laquelle vous travaillez ? Partagez-lui un fichier en ligne. Vous aurez ainsi des retours précis avec des commentaires directement sur le document plutôt qu’un vague feedback en le croisant dans son bureau.

Voici quelques uns des outils que j’utilise le plus souvent avec mon équipe :

  • Messageries instantanées : Google HangOut, Skype, What’s App
  • Group news : Google Groups, Microsoft Teams, Slack, What’s App
  • Visios : Google Meet, Skype, Zoom, What’s App
  • Collaboration sur des dossiers ou fichiers en ligne : Google Drive, Microsoft One Drive

J’insiste particulièrement sur les appels vidéos. Mettre un visage et une voix sur un nom est un incroyable facilitateur, et se retrouver chacun dans nos univers personnels amène à être bien plus détendus. Bien sûr, il faut rester professionnels, présentables, éviter la lessive de sous-vêtements en arrière-plan… contrairement aux nombreux avis, je n’ai pas d’opinion sur le fait de rester en pyjama ou pas, en dehors des visios, mais par pitié faites de ces échanges à distance des échanges de qualité. Investir dans un casque audio avec un bon micro est également un coût mineur que vous ne regretterez pas.

D’ailleurs, votre travail d’équipe peut même devenir plus efficace à distance. Vous vous souvenez de ce collègue qui débarque constamment dans votre bureau à la moindre question ? Peut-être va-t-il réaliser la réponse le temps de taper un e-mail, ou tout du moins rassembler ses questions, vous permettant d’y répondre une fois votre propre tâche terminée. Cette distanciation sociale va vous permettre de prendre le contrôle sur votre rythme et votre organisation, avec moins d’interruptions.

C’était avant, ça, maintenant chacun chez soi, mais on garde l’esprit !

4- Une matérialisation et des pauses créatives

Travailler en ligne signifie souvent beaucoup de temps d’écran et peu d’exercice. Pensez à varier votre posture et vos outils de travail. Avant tout, essayez d’ergonomiser votre poste de travail, même s’il s’agit seulement de placer un gros dictionnaire sous votre ordi portable pour élever l’écran à la hauteur de vos yeux. Ou de brancher un clavier externe au plus près de vos poignets. Variez vos postures en faisant parfois vos calls debout.

Pour certaines tâches, laissez de côté votre PC pour des outils plus old-school. Un simple carnet et un crayon sont tout aussi utiles pour une session de brainstorming, une recherche d’idées ou pour le brouillon de la structure de votre prochaine présentation, avant de vous lancer à la construire.

Il y a aussi toujours eu des tonnes de tâches créatives que l’on fait loin de son ordinateur, que vous ayez un job dans un bureau habituellement ou non. Combien de solutions managériales avez-vous trouvées en faisant la vaisselle ? Combien d’idées créatives vous sont soudain venues sous la douche ? Ce transat dans le jardin qui m’obsède a toujours été un super spot quand je cherchais des angles storytelling sur certains projets.

N’hésitez pas à sortir des sentiers battus, car travailler ne devrait jamais consister à être assis en soupirant face à un ordinateur.

5- Un apprentissage pour l’entourage (et soi-même)

Avec cette généralisation du télétravail suite au confinement, ce point sera peut-être bientôt inutile. Mais c’est un des gros soucis que j’ai eu pendant les premières années, et il se peut que vous rencontriez le même avec vos enfants, parents ou d’autres personnes qui ne savent pas ce que c’est.

Je suis à la maison mais je ne suis pas disponible. La phrase est simple. L’intégration de cette idée semble compliquée pour les proches. Des personnes qui passent prendre un café en pleine journée parce qu’ils savent que vous êtes là. Aller chercher quelqu’un à l’aéroport car vous êtes la seule personne dispo à cette heure. Emmener mamie chez le médecin parce vous avez le temps, vous pourrez toujours travailler plus tard. Je pourrais en écrire des pages, mais fixer des barrières et faire admettre que vous travaillez vraiment est compliqué. La flexibilité de votre emploi du temps est un atout, et votre entourage peut vouloir en tirer avantage aussi.

Vous allez peut-être vivre cette expérience avec votre conjoint au chômage technique, vos enfants, votre chien ou tout autre partenaire de confinement. Et c’est là où le point précédent d’un espace de travail fixe est essentiel. Quand vous êtes assis à cet endroit, on ne doit pas vous déranger. Les enfants (ou autre) doivent s’occuper tout seuls jusqu’à votre prochain break. Ils sont trop petits pour s’occuper tout seul ? Prévoyez des activités qui les occupent le temps de votre session de travail (devoirs, peinture, projet Lego, une série Netflix, un replay Gulli, un film, un os… une liste qui peut occuper tout type de partenaire. Évitez tout de même de mettre Bird Box aux enfants).

Vous devez également faire preuve de compréhension, car vous-même, vous avez perdu votre sas de décompression. Pour rentrer du bureau, vous aviez quoi ? 15 minutes de marche ? 20 minutes de métro ? 30 minutes de voiture ? Génial, vous gagnez désormais en temps et en empreinte carbone. Mais durant ce laps de temps, vous pensiez à ce dernier e-mail ou cette tâche sur votre to-do list, vous pensiez à comment gérer ça le lendemain, puis vous rangiez tout cela dans un coin de votre tête. Vous pensiez ensuite au menu de ce soir, à cette blague que vous avez hâte de raconter, à la sortie avec vos amis… Vous rentriez chez vous mentalement disponible pour votre fin de journée.

Maintenant imaginez que vos proches soient au bureau à la fin de la journée, juste derrière votre siège. Et là, à la minute où vous vous retournez, les questions – en attente parfois depuis un moment – fusent. « T’as rappelé Kevin ? Il est où mon doudou ? Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?… » Vous pensez que vous serez aussi bienveillant dans vos réponses sans sas de décompression ?

Soyez patient avec les autres – et vous-même – alors que chacun s’ajuste à cette nouvelle vie, dont vous ne verrez bientôt plus que les avantages. Et si j’ai oublié un point, n’hésitez pas à me poser vos questions. Je suis ravie de partager le peu que mes 9 ans d’expériences en télétravail m’ont appris.

Calculer le retour sur investissement de votre marketing digital

Que vous rapporte exactement cette fameuse présence sur le web ? Que vous ramènent vos actions sur les réseaux sociaux ? Combien vous rapporte le travail pour la notoriété de votre marque ?

Voici des éléments pour calculer votre ROI ou Retour Sur (On, en anglais) Investissement. Vous n’aurez pas un chiffre exact, vous ne pourrez pas mesurer la totalité des retombées à long terme, mais cela peut vous en donner une vague idée.

Continuer la lecture de « Calculer le retour sur investissement de votre marketing digital »

Comment optimiser son contenu web ?

Fini l’accès gratuit à Google Adwords. C’était la nouvelle donnée par Google pour mi-mai 2018. D’un côté, est-ce que ses longs tableurs ennuyeux, qui ne donnaient aucun résultat pour les meilleurs mots-clés long-tail, vont vraiment nous manquer ? Ou aimait-on vraiment le côté rassurant de la confirmation chiffrée d’une intime conviction par l’outil du moteur de recherche suprême ?

Dans tous les cas, c’est un signal de plus confirmant que l’approche SEO centrée uniquement sur les mots-clés est bel et bien dépassée. Rien ne vaut une bonne dose de recherche et un brin de bon sens. Continuer la lecture de « Comment optimiser son contenu web ? »

Qu’est-ce que l’inbound marketing ?

Définir en une phrase? Pas facile, mais je me lance :

L’inbound marketing, c’est la création d’un lien profond entre la marque et une audience, pour convertir des utilisateurs en clients, fidéliser et construire une confiance sur le long terme.

Mais c’est tout de même plus simple de l’expliquer en vidéo :